Comment Innover ? par Victor Gingembre


Innover cʼest dʼabord se demander pourquoi innover ?
Chaque homme doit contribuer au progrès de lʼhumanité.

Lʼinnovation fait tout simplement partie de notre quotidien. Nous croisons des innovations chaque jour sans même nous en rendre compte.

Innover cʼest savoir créer dans les temps. Cʼest commencer par énumérer les contraintes que lʼon se fixe au départ. (Le marché, les matières disponibles, les technologies possibles, les ressources)

Ces contraintes permettent de définir le cadre dans lequel se situe la recherche. Le cadre ainsi délimité, lʼinnovateur peut se disperser en son sein et lancer les idées qui lui viennent en tête, les écrire, les schématiser, évaluer tous les scénarios imaginables : évaluer le champs des possibles.

Pour cela il sʼagit de produire en grande quantité, sans se figer sur les idées.
Il sʼagit de juxtaposer toutes les combinaisons possibles (A,B,C, A+A, A+B, A+C , B+C….) dans un tableau. Ensuite vient une phase de comparaison pour sélectionner les solutions les meilleures.

Et recommencer ce processus en optimisant les solutions jusquʼà essayer de détecter lʼinnovation majeure. Peut être faudra-t-il recommencer 1000 fois.

Il sʼagit ensuite de se concentrer sur une seule idée. On passe de la phase dispersion à la phase concentration qui consiste à faire un seul choix pour 1 seul produit, 1 seul service, 1 seule innovation.

On se demande alors pourquoi ai-je choisi ce produit ou ce service plutôt quʼun autre ?
Comment je développe ce produit ? Quelles nouvelles technologies jʼutilise ? Quelle est ma chaîne de production ? A quelle clientèle correspond ce produit ou service ?

En fait, quel est mon Business model pour que mon client puisse percevoir la valeur de mon produit ou service ?

Mon produit ou service peut avoir une histoire, un mode de distribution, une forme, une couleur, un son, un parfum, un aspect qui lui est propre et qui le rend exceptionnel. Il ne sʼagit pas simplement de lʼutiliser ou de sʼen servir, mais dʼen tomber amoureux.

A Milan, les designers appellent ce phénomène « lʼamour du produit »

Etant créateur, jʼadopte inconsciemment ces questions qui représentent des réflexes quotidiens me permettant à la fois de penser et de concrétiser des idées nouvelles.

Lʼidée est comme un électron libre dans un accélérateur de particules, il faut la canaliser.

Par Victor Gingembre, Architecte et Artiste, sélectionné pour lʼexposition Anamorphose 2013. Place du Louvre du 3 au 30 juin 2013

Share this post

No comments

Add yours