Du système «file centric» au système «application centric» : une autre façon de gérer ses fichiers informatiques


En cette fin d’année 2012, il semble que nous soyons entrés dans « l’ère post-pc ». C’est en tous cas ce qu’Apple affirme. Ce mouvement, revendiqué par Steve Jobs lors de la présentation du premier iPad en janvier 2010, met en avant le fait que les tablettes tactiles et les applications mobiles remplaceront bientôt nos bons vieux personnal computers.

Pour prétendre en arriver là, la firme de Cupertino a réussi à la fois sur un plan technique en proposant des appareils alliant mobilité, autonomie et connectivité, et sur un plan ergonomique grâce à son système d’exploitation iOS qui permettait une navigation fluide.

Mais au-delà de savoir si c’est réellement le cas ou non (ce n’est pas l’objet de notre débat), nous allons plutôt nous centrer sur la petite (r)évolution introduite par Apple avec ses appareils mobiles embarquant iOS (que ce soit un iPhone, un iPod Touch ou un iPad, que l’on surnomme plus communément iDevices).

En effet, tous ceux qui ont déjà manipulés un iDevice se sont aperçus de l’absence de gestionnaire de fichiers, et c’est l’un des points marquants (voire manquants) d’Apple sur son OS mobile. Pas vraiment un problème pour les non-initiés en informatique, mais une véritable folie pour les puristes.

 

Le classique gestionnaire de fichier

D’un côté, nous avons le système « file centric » qui repose sur le principe de gérer directement ses données en manipulant les fichiers. La plupart des systèmes d’exploitation sur ordinateur utilise ce principe : il s’agit sur Windows de l’Explorateur Windows et sur Mac du Finder.

D’une grande aide dans la gestion de nos divers fichiers informatiques, ces outils permettent non seulement d’afficher et de modifier le nom des fichiers et des dossiers, mais aussi de les manipuler par les actions « copier, couper, supprimer ». L’utilisateur peut ranger, classer, hiérarchiser, trier, copier, supprimer ses fichiers comme bon lui semble. Et généralement, celui-ci les réunit dans un même dossier qui porte son nom (alias Mes Documents).

Ce système – centré sur le fichier – comporte une logique séquentielle du type « fichier – application » dans la mesure où vous allez d’abord chercher le fichier souhaité (un fichier de traitement de texte, une photographie, une musique…), puis une fois celui-ci sélectionné, l’application permettant sa lecture s’active.

 

Une autre méthode pour gérer les données

Avec l’arrivée des iDevices, Apple a mis en place un système où il n’y a plus de gestionnaire de fichiers car le système est pensé différemment : c’est « l’application centric ». Il ne s’agit plus de gérer les données mais les applications. La logique séquentielle n’est plus la même car elle est inversée : elle est du type « application – fichier ».

De ce fait, pour pouvoir regarder une photo, il faut d’abord ouvrir l’application Photos, puis chercher dans l’application ladite photo pour la visualiser. Il en va de même pour pouvoir écouter une chanson, il faut d’abord ouvrir l’application Musique (anciennement appelée iPod) puis chercher ladite chanson pour l’écouter. Tout comme si vous utilisez le traitement de texte Pages, vos fichiers seront dans l’application, et non dans un dossier externe à l’application.

Capture d'écran de l'application Pages : tous les fichiers créés sont stockées dans l'application

Cela signifie que sur iOS, c’est l’application elle-même qui ordonnance les fichiers. Elle fait office à la fois de fonction pour lire le fichier et de gestionnaire pour le gérer. Ce système permet d’éviter à l’utilisateur de mélanger toutes ses données. L’écran principal laisse la place aux applications et non à un certain « fouillis » de fichiers comme sur un bureau.

 

Une opposition de style

C’est donc l’opposition entre deux mentalités, entre deux systèmes. Sur iOS, on pense en termes d’actions ou de fonctions. En allumant un iDevice, on choisit l’action que l’on souhaite faire : écrire un texte, écouter de la musique ou prendre une photo. C’est pour cela que sont présentées les icônes d’applications et non les fichiers.

Mais cela comporte des limites dans la mesure où, par exemple, il est impossible de mettre dans un dossier des fichiers de natures différentes. Vous êtes limités dans votre démarche. Et cela fait enrager ceux qui adorent mettre les mains dans le cambouis pour ranger leurs fichiers !

En effet, imaginez que vous souhaitiez rassembler dans un dossier un fichier de traitement de texte (Pages au hasard), un fichier de tableur (Numbers au hasard) et un fichier de présentation (Keynote au hasard). Et bien avec l’organisation d’Apple par défaut, cela n’est pas possible car chaque fichier reste tranquillement au chaud dans son application, alors que cela est tout à fait possible (et ô combien pratique) dans un système file centric.

C’est alors que nous avons vu apparaître une flopée d’applications sur iOS proposant de gérer vos fichiers selon votre bon vouloir. Ces différentes applications de gestionnaires de fichiers – GoodReader, Files Connect ou encore ReaddleDocs – viennent contrecarrer l’image qu’Apple se fait d’un système d’exploitation mobile. Mais pour les utilisateurs, il s’agit d’une souplesse qui est la bienvenue en permettant de mieux gérer leurs données.

Il est donc intéressant de suivre l’évolution d’iOS afin de voir si Apple restera avec son système fermé, ou si elle s’autorisera quelques souplesses. Est-il envisageable d’avoir sur un appareil mobile le même système d’exploitation que sur un appareil de bureau ? Tout d’abord, c’est ce que tente Apple petit à petit en rapprochant son système Mac OSX vers une gestion d’applications similaire à iOS. Ensuite, c’est ce que fait Windows en proposant Windows 8, un OS unique pour appareils mobiles et ordinateurs de bureau.

Tout ça pour le confort des utilisateurs ?

 

Sources :

http://sachin.posterous.com/the-finder-is-dead-soon-a-pc-wont-have-files

http://forums.macrumors.com/showthread.php?t=1354959

 

 

Share this post

No comments

Add yours