ITER, un projet pharaonique pour résoudre la question énergétique mondiale


7645_iter_iter

La France en collaboration avec l’Union Européenne, la Chine, l’Inde, la Russie, la Corée du Sud, les Etats-Unis et le Japon travaille depuis 1985 à l’un des plus grands projets de l’histoire humaine : construire un “International Thermonuclear Experimental Reactor” (ITER) autrement dit un projet expérimental de réacteur nucléaire basé sur la fusion. La construction a démarré en 2008 à Cadarache et soulève de nombreux débats et questions.

Naissance du projet ITER

Face au besoin croissant d’énergie de la planète, au besoin de sécuriser et d’optimiser la production énergétique par l’énergie nucléaire, les dirigeants de plusieurs nations du monde travaillent depuis 1985 (Geneva Summit) à un grand projet collaboratif expérimental destiné à tester la viabilité de la fusion. En effet, cette technique qui nous vient de l’observation du soleil, n’est pas si simple à reproduire sur terre puisqu’il faut arriver à créer un plasma chauffé à une température de 100 millions de degrés pour réaliser une fusion nucléaire !

Pas une nouvelle centrale mais un projet expérimental sur la fusion

Ce n’est donc pas un projet de nouvelle centrale qui est actuellement en construction mais bien un lieu d’expérimentation destiné à tester la viabilité d’utiliser la fusion pour créer de l’énergie. En effet, les centrales nucléaires actuelles utilisent la fission nucléaire, ce qui pose des problèmes de sécurité (risque de réaction en chaîne) ainsi qu’un rendement insuffisant par rapport à nos besoins énergétiques croissants. La technique de la fusion permettrait de produire dix fois plus d’énergie, de supprimer les risques de réaction en chaîne et de produire moins de déchets nucléaires.

Comment ITER va faire de la fusion ?

La fusion se fera à l’intérieur du tokamak, grande pièce vide capable de générer un champ magnétique grâce à des matériaux supraconducteurs. Le champ magnétique est nécessaire pour empêcher le plasma de toucher les murs et le maintenir en flottement permanent. Du tritium et du deuterium (deux isotopes de l’hydrogène) seront ainsi introduits dans le tokamak et, chauffés à plus de 100 millions de degrés Celsius, fusionneront pour former un plasma.

iter_officiel

Construire ITER en France, une décision historique

La France, au prix de négociations intensives avec le Japon, a obtenu que le construction d’ITER soit localisée dans la ville de Cadarache (Sud-Ouest de la France), haut lieu d’expertise sur la fusion nucléaire puisque l’IFRM (Institut de Recherche sur la Fusion par confinement Magnétique) y est installé depuis plus de 25 ans et est reconnu internationalement pour son expertise.

C’est une décision historique que de localiser un tel projet en France et une vraie chance pour la recherche française. La direction d’ITER va d’ailleurs prochainement revenir à un chercheur français, Bernard Bigot, actuellement administrateur général du CEA, qui succède au directeur japonais Ousamu Motojima.

Un projet pharaonique et difficile à planifier

Le budget d’ITER originellement évalué à 5,8 milliards d’euros, est aujourd’hui estimé à 12,8 milliards d’euros repartis entre les différents acteurs (1,1 milliards pour la France). Par ailleurs, si la date officielle de la première opération de fusion est prévue en 2027, le chantier d’ITER a déjà pris près de 30 mois de retard et certains experts n’envisagent pas qu’ITER soit opérationnel avant 2100.

Le projet est très complexe et la possibilité de faire de la fusion n’est toujours pas certaine. Les expériences qui ont eu lieu jusqu’à présent sur la fusion (au sein d’autres projets qu’ITER) n’ont permis de maintenir un plasma stable que pendant dix secondes…

Les détracteurs d’ITER dénoncent aussi une possibilité que les éléments radioactifs générés par le plasma puissent passer à travers les murs du tokamak ainsi que la forte radiotoxicité du tritium.

ITER

Un projet qui semble néanmoins inévitable

Certes l’investissement du projet est lourd, les délais incertains et le résultat encore inconnu. Mais face aux enjeux énergétiques actuels, il est essentiel de trouver une nouvelle source énergétique plus performante et moins polluante. ITER pourrait être une véritable solution à notre problème d’énergie. Il faudra cependant patienter pour voir naître les premiers réacteurs nés des résultats d’ITER…

Pour en savoir plus sur le projet ITER, visitez le site officiel.

Share this post

Céline Haentzler

Membre de l’équipe Girls in Tech Paris et organisatrice de Startup Pirates Paris, Céline est passionnée par les startups et de l’innovation. Anciennement spécialisée en webmarketing, elle effectue aujourd’hui une reconversion pour se consacrer intégralement à l’accompagnement des entrepreneurs. Originaire de Rennes, elle s’occupait auparavant de la branche rennaise des Open Coffee au sein de l’association Web2Rennes.

No comments

Add yours