L’Afrique, un territoire porteur pour les acteurs en télécommunication


mobile-payment1

Si le marché des télécoms est saturé dans les pays occidentalisés, la tendance est inversée dans les pays en développement. A titre d’exemple, on attend une croissance quasi nulle du marché européen entre 2010 et 2016 (seulement +0,3%) alors que l’Idate prévoit +57% en Afrique.

En effet, le taux de pénétration en Europe est de 100% alors que durant la dernière décennie, les innovations sur les marchés en développement n’ont cessé de croître.

 

Encore aujourd’hui, la plupart des consommateurs sont équipés grâce à un système de multi-sim, c’est-à-dire utilisant plusieurs cartes prépayées pour consommer le service. Pour faire face à ce manque d’engagement des utilisateurs, les acteurs du marché redoublent d’imagination.

Toujours peu équipés en smartphones dans certains pays, les téléphones peuvent tout de même aujourd’hui servir à réaliser des opérations bancaires (paiement de facture etc…). Ainsi, la micro-finance trouve sa place en Afrique.

Au Kenya,  depuis 2007, Safari telecom a lancé M-pesa, un service révolutionnaire, permettant aux possesseurs de téléphones, d’effectuer des transactions de compte à compte, via leur téléphone, au moyen d’un code bancaire.

 

Orange, s’implique dans sa stratégie d’innovation en Afrique au travers des « Orangelabs » au Caire et à Tunis.

Désormais, l’opérateur propose de nombreuses applications facilitant l’accès à internet. Ainsi, via des technologies de messagerie unifiées les consommateurs peuvent aujourd’hui envoyer et recevoir des e-mails par SMS.

L’accès à certains réseaux sociaux est également rendu possible grâce à un système d’application prépayée adapté. Mais des applications complémentaires tentent de faciliter le suivi de consommation aux utilisateurs de ce type de service.

L’opérateur propose par ailleurs des applications B2B.

Les enjeux en Afrique sont lourds et demandent des investissements en infrastructures. Des progrès restent à faire quant à l’équipement des consommateurs en appareils mobiles, que ceux-ci soient des clients B2C ou B2B.

Des actions sont menées par certains acteurs du secteur pour favoriser l’innovation dans le secteur des T.I.C[1] , cette année, Orange a par exemple récompensé l’entrepreneuriat social en Afrique, en remettant des prix à 3 des participants au concours « Star Africa », et en aidant financièrement ces start-up à monter leur projet.

 

 

 

 


[1] Technologies de l’information et de la communication

Share this post

No comments

Add yours