L’innovation frugale, la solution venue des pays émergents


Face aux faibles performances des économies occidentales, les gouvernements européens cherchent de nouvelles solutions en vue de renouer avec la croissance. Des pays émergents connaissent quant à eux des taux de croissance économique à faire envier le vieux continent en utilisant de nouvelles méthodes d’innovation.

Leur secret ? L’innovation frugale !

L’innovation frugale est la réponse que les entrepreneurs, soumis à de fortes contraintes et disposant de peu de moyens, ont trouvé pour faire face aux demandes des consommateurs qui ont été exclus des marchés par les grandes entreprises les jugeant non rentable. Non rentable parce qu’ils ne disposent pas des moyens suffisants pour concrétiser l’achat. Ainsi, une part importante de la demande de ces populations n’est pas satisfaite. Afin de toucher cette frange de la population qui s’estime en centaines de millions, il suffit de proposer des solutions simples et abordables. Simples, parce que répondant à un besoin précis sans option futile qui renchérisse les prix et abordable, parce qu’à la portée de tous.

Un des auteurs ayant mis en avant l’expression d’innovation frugale se nomme Navi Radjou. Ce consultant en stratégie internationalement reconnu explique que l’innovation frugale est synonyme du mot indien « Jugaad » qui est la capacité ingénieuse de trouver une solution dans un contexte difficile avec le minimum de ressources. L’auteur nous invite au fil de ses conférences et de son livre  L’innovation Jugaad, redevenons ingénieux !  à comprendre à l’aide de nombreux exemples de quelle manière ces entrepreneurs astucieux innovent et créent de la valeur pour les communautés locales.

Navi Radjou considère que l’adversité peut aussi mener à l’invention. D’après lui, si « la rareté est la mère de l’invention », « l’adversité en est le père ». Et c’est ce qui caractérise les pays émergents dans lesquels les conditions de vie et de travail sont difficiles. Il faut des entrepreneurs capables de dépasser l’état désastreux de certaines routes ou l’instabilité du réseau électrique afin de proposer des solutions ingénieuses à moindre coût :

– Un vélo qui convertit les chocs liés aux nids de poules en énergie à l’aide d’un système doté d’un amortisseur. Une innovation créée par l’entrepreneur Kanak Das :

– Le célèbre téléphone mobile Nokia 1100 qui est équipé d’une lampe torche beaucoup plus puissante que les autres modèles en vue de répondre aux coupures du courant en Inde.

L’innovation frugale est-elle applicable en Europe ?

Des entreprises occidentales ont commencé à utiliser cette nouvelle approche de l’innovation depuis quelques années déjà. Un exemple d’application de cette approche en Europe est celui de la Logan, fabriquée par Renault-Nissan. Développée à l’origine pour le marché de l’Europe de l’Est, la Dacia de Logan a été conçue en vue de répondre à toutes les conditions climatiques, et de résister à de longues périodes sans révision.

L’approche frugale ne signifie pas qu’il faut réduire la qualité tout en diminuant les coûts. Comme le rappelle Navi Radjou, il est nécessaire d’augmenter la valeur perçue par la société tout en conservant la qualité du produit. Ainsi, la Logan n’a pas seulement séduit les consommateurs d’Europe de l’Est, mais aussi des consommateurs Français désireux eux aussi d’acquérir une voiture résistante à moindre coût.

Le dernier exemple en date est celui du Compte-Nickel, des comptes bancaires accessibles chez les buralistes participants. Ce système permet aux personnes autrefois non-bancarisées (hors du marché bancaire) de pouvoir ouvrir un compte bancaire afin de bénéficier de certains services tels qu’une carte bancaire et de pouvoir faire des paiements sur Internet.

C’est une solution qui est équivalente à celle proposée par l’opérateur de téléphonie mobile Safaricom au Kenya : le service M-Pesa. Ce service permet d’envoyer et de recevoir de l’argent à l’aide de son téléphone portable. Là encore, des personnes autrefois non-bancarisées ont été ciblées.

Ces deux exemples partent d’un principe simple : comment utiliser ce qui est abondant pour délivrer ce qui est rare.

Alexandre Hogommat

Share this post

No comments

Add yours