Vous avez dit NFC ?


Les nouvelles technologies sont désormais totalement intégrées à notre quotidien. Il est capital de les maîtriser et de les utiliser pour contribuer au développement de nos modes de vie.

La technologie NFC vous l’utilisez déjà au travers de vos cartes d’abonnements diverses et variées. Pass Navigo, carte de transport, de bibliothèque, badge de bureau, carte de fidélité ou de campus universitaire font de vous des adeptes de cette technologie en devenir. Une Innovation technologique d’un nouveau genre qui entame une phase de séduction et de fidélisation qui consiste à rendre le téléphone un portefeuille mobile.

 

Alors qu’est-ce que la NFC ?

La NFC (near field communication, communication à champ d’approche dans la langue de Molière) est un moyen de cryptage informatisé de données permettant le stockage et la redistribution de ces mêmes données en un minimum de temps. Pour simplifier la NFC utilise des ondes radio à courte portée, « fichée dans une carte à puce » permettant l’échange d’informations via une fréquence radio, à condition que l’interface puce-terminal soit positionnée à proximité l’une de l’autre. En France, 60 millions de cartes à puce dites classiques sont sur le marché et cette invention française (dépôt de brevet sur Mémoire Sécurisée en 1974 par Roland Moreno) devrait bientôt laisser la place aux cartes NFC (seulement 8 millions de cartes NFC en France aujourd’hui). Mais nous sommes déjà en phase de projection anticipée de l’utilisation de la technologie NFC : le téléphone portable comme moyen de paiement. A l’image de la Corée, du Japon ou de Singapour, pays où « le paiement mobile sans contact » est né, la diffusion de cette nouvelle interface de paiement séduit les utilisateurs. Positionné au niveau des caisses de nombreux commerçants, ce mode de paiement permet de simplifier la transaction. Il suffit d’une milliseconde pour que le compte de l’acheteur soit débité.

Simplicité d’utilisation, oui mais pas seulement. A cela vient s’ajouter une rapidité d’exécution et donc une diminution du temps d’attente. Une véritable révolution donc de l’usage de son téléphone-smartphone qui s’inscrit dans la lignée du paiement par commodité. Comme le souligne Bernard Sadoun, responsable des relations extérieures au Crédit Mutuel:

le mobile devient une sorte de portefeuille électronique. C’est une fonction géniale pour tous les endroits où il y a des files d’attente, au supermarché, au parking ou même devant la machine à café.

Une application de la NFC au téléphone : une pure ingéniosité « made in France ». C’est une nouvelle fois en France que l’application de la NFC au champ des téléphones s’est faite. L’entreprise Gemalto est la pionnière du genre avec la création de la carte Sim décuplée en plusieurs cases. Une case dédiée au téléphone, une case pour les informations bancaires et une dernière dédiée aux opérations d’achats annexes telles que l’usage dans les transports ou dans les campus universitaires par exemple.

Alors, me direz-vous : pourquoi cette application à la téléphonie française n’est-elle pas davantage utilisée dans nos achats quotidiens ? Deux raisons dominantes expliquent cette résistance: La première raison est la réticence des acteurs téléphoniques à appliquer la technologie NFC à leurs téléphones. Ce n’est que depuis fin 2011 que les utilisateurs ont accès à une gamme de téléphone supportant la technologie. 500 000 paiements par voie NFC ont été enregistrés par le Crédit Mutuel-CIC. Ce nombre d’utilisations enregistrées via cette technologie sur les trois premiers trimestres de l’année 2012 est en dessous du potentiel offert. La deuxième raison est l’attachement des français à adopter une technologie autre que celle des moyens traditionnels de paiement comme la carte bancaire ou le chèque.

Selon l’étude MasterCard du mois de mai dernier, la France se place au 23ème rang sur 34 du baromètre de l’indice d’acceptation aux paiements mobiles. La frilosité des français est due en particulier aux risques inhérents à la technologie. Douteux de la qualité et de la sécurité de l’interface NFC, ils ont peur de voir en ce moyen de paiement « sans contact » un risque de fraude et de prélèvement anonyme plus élevés. Une question de sécurité des paiements qui fragilise le lancement et l’émergence de cette technologie fort pratique à l’heure où le Smartphone devient un outil informatif et technologique de notre quotidien.

Comment amorcer un déclic de la part des consommateurs réticents?
Le milieu bancaire est le premier des acteurs concernés à convaincre et à être intégré comme témoin du bon fonctionnement et de la totale sécurité de paiement par l’infrastructure NFC. A l’image des campagnes de sensibilisation réalisées par Bernard Sadoun, le groupe Crédit Mutuel- CIC a entamé un vaste programme depuis quelques années pour témoigner de l’intérêt de cette technologie pour le plus grand nombre. Des essais très concluants ont été faits par exemple à Disneyland où des utilisateurs internationaux utilisaient ce mode de paiement régulièrement et sans fausse note. Des tests également au niveau des horodateurs Strasbourgeois et plus récemment avec les avancées du réseau tramway Cityzi de la ville de Nice.


Le secteur bancaire, premier secteur intéressé, voit ses implémentations ralentir du fait de la difficulté d’instaurer des normes bancaires internationales communes. Il est donc prévu d’établir des paliers de sécurité pour que les clients puissent se sentir protégés de toutes violations. Au-dessus de 20€ d’achats et jusqu’à 300€, il est demandé de saisir un code secret via le clavier du téléphone. Cette validation vise à accroitre la sécurité, sachant que les achats restent limités à 300€ à ce jour.

L’indice de préparation aux paiements mobiles du baromètre MasterCard annonce que l’achat moyen est de 9€. Les achats établis se limitent ainsi à de petites sommes visant plus à remplacer la petite monnaie qu’autre chose. Il est à noter que de toute façon, la sécurité optimale est inatteignable et que nous sommes dans l’incapacité d’offrir aux utilisateurs un service de paiement totalement inviolable, quel qu’ il soit.

Vecteur d’innovation technologique, la question d’instauration de ce nouveau mode de paiement bien que porteur d’avenir met du temps à s’implémenter. Nous en revenons toujours à trouver le moment optimum pour garantir la mise sur le marché de cette innovation hautement technologique.

Point de rencontre entre échelle de maturité technologique (de l’affinage technologique à l’industrialisation du produit) et échelle de maturité de la demande (de la perception d’un besoin latent au suivi-contrôle et amélioration de la technologie), la NFC s’exploite déjà dans huit milliards de cartes avec une utilisation régulière de plus d’un milliard de personnes.

Les années à venir détermineront l’incidence de cette technologie sur nos modes de vie moderne. Quoi de mieux que de simplifier le quotidien du plus grand nombre, la NFC est plus qu’ une ressource, c’est un mode de projection et de gestion de nos achats dans l’espace-temps.

 

 

Sources bibliographiques :
– « l’argent en mode futuriste », Magazine Azimut Hiver 2012-2013
– « Echelle de maturité et d’immaturité technologique vs Echelle de maturité du marché », Bertrand Delage, Slide de l’entreprise Tactical Support & Co

Share this post

No comments

Add yours